Ne négligez pas la respiration !

Pensez toujours à respirer profondément lorsque vous vous entraînez. Ne bloquez pas votre respiration. En inspirant profondément, vous aurez plus de force et cela vous aidera à développer votre thorax.

Lorsque l’exercice devient difficile (en fin de série ou lors d’une série courte), vous devez inspirer différemment : inspirez profondément et bloquez votre respiration le temps de faire l’effort puis soufflez lorsque le passage difficile est franchi en revenant à la position de départ. Par exemple, à l’exercice Al, vous inspirez profondément en descendant, vous bloquez votre respiration sur le premier tiers de la remontée (là où c’est le plus dur) puis vous soufflez ensuite longuement en tendant les bras.

Pensez à ne jamais bloquer votre respiration trop longtemps.

Le blocage respiratoire doit toujours être le plus court possible.

Travaillez votre diaphragme

Le diaphragme est un muscle situé entre le thorax et l’abdomen. Il est invisible puisque interne et pourtant très important car il joue un rôle fondamental dans la respiration. L’oxygène, c’est l’énergie ! Vous pouvez rester quelques jours sans manger, quelques heures sans boire, mais seulement quelques minutes sans respirer. Un diaphragme court et contracté induit une gêne respiratoire qui diminue vos performances et accentue la fatigue.

Exercice de base : couchez-vous sur le dos. Vos genoux sont fléchis, vos pieds sont posés à plat et votre bas du dos est collé au sol. Inspirez profondément par le nez en gonflant votre ventre pendant cinq à six secondes. Expirez lentement avec la bouche (trente secondes ou plus) en rentrant progressivement votre ventre. Soufflez au maximum afin de chasser la totalité de l’air. Pour cela, vous devrez rentrer le ventre (le plus possible) en contractant vos abdominaux.

Vous pouvez également faire cet exercice assis sur une chaise ou un fauteuil. Evitez alors de creuser vos reins pour vous donner l’illusion que votre ventre se gonfle davantage. Pour bien faire, il faudrait un minimum de dix minutes de ce travail (inspiration plus expiration) à la fin de chaque séance de musculation, juste après le travail de votre souplesse. Cela vous relaxera et facilitera la récupération.

Lorsque vous serez suffisamment entraîné, vous pourrez tenir deux minutes (ou plus) lors de chaque expiration en soufflant lentement grâce à un contrôle accru des muscles assistant votre respiration.